Welcome to Guancama’s

Ici on parle essentiellement TIC, quand on a le temps…

Posts Tagged ‘intro’

Licences OpenSource, comment s’y retrouver

Posted by guancama sur 3 décembre 2009

Ca fait un petit moment que je ne suis pas venue ici… C’est ça d’être tout le tems prise par le temps. Pourquoi les journées ne font-elles que 24 h ?

Vu l’heure qu’il est, je ne vais pas m’éterniser ce soir non plus 😉

Il y a une Pause Café demain, je viens de la terminer, vous allez en avoir la primeur (si, si…). Cette fois, il s’agissait d’un thème que je ne connaissais pas franchement, les licences OpenSource.

Moi, je connaissais la GPL, je vois souvent en bas des sites le logo Creative Commons, mais en dehors de ça… Je n’y connaissais pas grand-chose ! Et puis, ces jours derniers, en dépilant ce que ma veille et mes recherches avaient pu ramener sur le sujet, je me suis aperçue que c’est un peu la jungle ! Plus de 60 licences OpenSource publiées sur le site de l’OpenSource Initiative, sans compter tout ce qui a trait aux oeuvres cataloguées dans l’artistique et pas dans le logiciel…

De quoi s’y perdre !

Voici donc, pour ceux qui, comme moi ont tendance à s’y perdre, ce que j’ai pu résumer de la situation, avec des mots qui feraient certainement bondir un juriste, mais bon 🙂

A télécharger dans le widget Box.net ci-contre.

Publicités

Posted in CaféThème, InnovationCafé | Tagué: , , | Leave a Comment »

Travail et outils collaboratifs, quelques trucs

Posted by guancama sur 6 octobre 2009

Pour la deuxième pause café de cette saison, j’enchaîne, après mon intro du web 2.0, sur les outils de travail collaboratif.

Là encore, tout le monde en a entendu parler, d’ailleurs on ne parle plus que de ça. Tous les éditeurs mettent leurs produits à la sauce collaborative, c’est étonnant !

Microsoft vend Sharepoint comme LA plateforme collaborative ce qui, vous l’aurez compris si vous lisez régulièrement ces lignes, me laisse sceptique ! Malheureusement pour moi, la force de Microsoft réside dans sa capacité à proposer Sharepoint comme l’outil qui englobe tout ce que le web2.0 propose de mieux : forum, wiki, blog, calendrier partagé, espace de stockage de docs, réseau social, le tout en un seul endroit, un seul serveur, une seule licence !

Et toutes les stars du web proposent des outils collaboratifs, de Google Apps à Zoho Office, en passant par Xwiki, Confluence ou MindTouch, sans oublier les extensions collaboratives d’outils a priori sur d’autres segments marché, comme Alfresco, par exemple.

Mais tout ça ne doit pas faire perdre de vue le seul fait qui compte là-dedans : les outils ne sont que des moyens et s’ils ne sont pas utilisés pour répondre à un besoin, leur intégration dans les pratiques et les méthodes de travail est vouée à l’échec…

C’est comme ça que j’en viens à proposer quelques trucs pour proposer l’utilisation d’outils de travail collaboratif. En fait, il y a au départ de bonnes idées, insuffisamment exploitées.

Vous savez quoi ? C’est pas toujours évident d’être early adopter ! Bon, c’est pas le tout,faut que j’aille acheter la suite confluence (10$ le soft pour 10 users, ça se loupe pas)

Et si ça vous intéresse, les transparents Outils_Collaboratifs_Pourquoi_Comment sont dans le widget Box.net ci-contre.

Posted in CaféThème, InnovationCafé | Tagué: , , , | 1 Comment »

Retour sur la Pause Café du 24/09

Posted by guancama sur 6 octobre 2009

Eh oui, le 24 septembre dernier, la Pause café entamait sa deuxième saison.

C’était l’occasion de faire un bref retour sur le web 2.0, ce que c’est, quels usages on peut en tirer, ce que cela apporte dans notre travail de tous les jours, ce que ça risque de changer dans un futur plus ou moins proche.

La première chose intéressante, c’est de voir la rapidité avec laquelle le web a évolué, depuis ses débuts dans les années 90 ! On est passé en peu de temps d’un outil statique, fait par des professionnels à quelque chose de très mouvant, en perpétuelle évolution, voire en bêta perpétuelle et surtout cette véritable explosion d’outils faciles, pratiques, ne nécessitant aucun apprentissage, qui permet à chacun de s’exprimer, de publier, de discuter avec d’autres, de s’amuser, bien sûr, d’apprendre ou d’aider les autres.

Ensuite, ce qui est intéressant, c’est de voir qu’il y a décidément un mur entre vie privée et vie professionnelle… Mais à l’envers, cette fois ! Autant jusque-là la modernité était dans les entreprises et vous aviez du mal à avoir les mêmes facilités à la maison, autant cette fois c’est l’inverse. La lourdeur des structures hiérarchiques et l’inertie des organisations couplée à la peur de perdre son pouvoir voire son emploi ont contribué à mettre des barbelés, réels ou virtuels autour de nos bureaux.

Du coup, pour moi comme pour beaucoup d’autres, nous voilà contraints à une certaine schyzophrénie :

  • travailleurs du savoir privés des facilités d’utilisation des outils agiles le jour,
  • internautes épanouis ou pour certains écoutés et respectés la nuit

Difficile de trouver la bonne harmonie et je n’y suis pas arrivée, même si je ne désespère pas de mettre un peu de 2.0 dans ma vie professionnelle ! D’ailleurs, je n’ai rien trouvé de mieux que de partager la pause café avec mes collègues par le biais d’un wiki 🙂

Allez, pour terminer, voici les transparents, je vous souhaite une bonne lecture :

Posted in CaféCR, InnovationCafé, ouebdeupoinzero | Tagué: , , | 1 Comment »

Mon opinion, pas très intéressante, sur le web2.0

Posted by guancama sur 22 septembre 2009

Pour la première Pause Café de cette Saison II, mes lecteurs et auditeurs ont souhaité un retour sur le Web 2.0. Bon, pas de nouveauté sur le sujet, il y a déjà beaucoup de choses qui ont été dites sur le sujet. Mais quelques années plus tard (5, si l’on en croit Tim O’Reilly), c’est intéressant de voir ce qui a plu et quels sont les nouveaux usages que cela génère. Surtout, c’est intéressant d’essayer de voir comment cela modifie nos façons de travailler, tant du côté utilisateur que du côté informaticien.

Je n’ai pas la prétention de faire sur ce thème un article qui datera, loin de là, ce n’est qu’un angle de vue… Par contre, je le prolongerai peut-être avec une étude du microcosme dans lequel je baigne pour me pencher sur l’adoption de ces nouveaux usages dans le travail. Mais ça, c’est pour plus tard 🙂

Les transparents sont dans le widget Box.net ci-contre

Posted in CaféThème, InnovationCafé, ouebdeupoinzero | Tagué: , , | Leave a Comment »

Le pitch de ma présentation sur les communautés

Posted by guancama sur 15 juin 2009

J’ai publié dans le post précédent les transparents de ma présentation sur les communautés, mais comme je mets peu de texte dans mes transparents, cela doit paraître obscur à la plupart des lecteurs…

Voici donc des éléments de discours qui vont avec.

D’abord, je l’ai appelée « Communautés : Aventures et mésaventures », parce que dans les communautés il y a souvent des échecs. On croit avoir une bonne idée, on ne voit pas pourquoi les gens n’adhéreraient pas et puis… ça fait flop, à un moment ou à un autre.  Il ne faut jamais se décourager, il faut toujours recommencer. C’est ce que la vie m’a appris, parce qu’il y a toujours un enseignement à en tirer, on peut toujours apprendre quelque chose, de ses réussites comme de ses échecs.

Mais revenons à nos moutons… Et commençons par expliquer ce que l’on entend par communauté. Au sens étymologique du terme, une communauté, c’est un groupe qui partage quelque chose. Maintenant, les communautés, c’est comme la potion magique : on tombe dedans tous petits. Ne parle-t-on pas d’une communauté lorsqu’on se marie ? Ainsi, tout bébé on fait déjà partie d’une ou de plusieurs communautés.

Ensuite, les communautés, on en connaît de plusieurs types, car le terme est souvent mis à toutes les sauces. On parle ainsi de communauté confessionnelle, de communauté de communes ou de communauté urbaine, il y a la communauté européenne et depuis Internet, il y a les communautés virtuelles… D’ailleurs, virtuelles, je n’aime pas ce mot. Elles existent vraiment, ces communautés, en ce sens elles ne sont pas virtuelles. Disons plutôt que leur terrain de jeu est dématérialisé. L’avantage, c’est que cela nous permet de leur donner une envergure mondiale, Internet raccourcissant les distances.

Tout ça, c’est très bien, mais pour ce qui nous occupe, il serait sage de se limiter à 4 types de communautés, celles que l’on a le plus de chances de côtoyer dans le cadre du travail :

  • les communautés d’intérêt, où l’on va pouvoir trouver des réponses à nos questions et de l’aide, sur un thème précis (le bricolage, la cuisine, le matériel photo ou vidéo de tel ou tel type, etc.)
  • les communautés d’apprentissage, dont les campus virtuels sont la représentation la plus évidente, qui vont permettre de favoriser les apprentissages, d’apprendre en faisant, de communiquer dans le cadre d’une formation, avec un objectif avoué : l’obtention d’un diplôme
  • les communautés de projet, dont la durée de vie est limitée par la durée de vie du projet et qui sont tendues vers l’objectif du projet, un livrable et une date butée
  • les communautés de pratique, où l’objectif est d’échanger sur les façons de faire, de partager les meilleures idées et pratiques, là-aussi de l’entraide, mais cette fois entre professionnels de qualification équivalente, entre « pairs ».

Dans l’ensemble, les communautés d’aujourd’hui ont deux modes de fonctionnement :

  • soit elles fonctionnent en « présentiel », c’est-à-dire par rencontres régulières dans un lieu qui permet à chacun de venir participer pour échanger de vive voix
  • soit elles fonctionnent à distance (on dit souvent virtuel, voir ma remarque précédente sur ce terme), en utilisant les moyens disponibles sur Internet pour créer des espaces d’échange où chacun, pour s’y retrouver, n’a besoin que d’un ordinateur et d’une connexion

Voilà pour la vie des communautés. Mais les communautés, ça vit, ça meurt… On peut comparer le cycle de vie des communautés à celui de l’innovation, on passe successivement par des phases de lancement, de croissance, de maturité et de déclin… si l’on ne fait pas l’effort de chercher un rebond pour un deuxième cycle.

Quand on y réfléchit, c’est tout à fait ce qui s’est passé avec le blog des anciens du DESS… Nous l’avons fait naître, nous l’avons fait croître, nous sommes arrivés à une certaine maturité, voire même à une certaine notoriété et puis, happés par d’autres activités, nous n’avons pas vu à temps que nous commencions à nous épuiser, que nous partions tous vers autre chose… Et lorsque nous nous sommes posé la question de la ligne éditoriale qu’il faudrait adopter pour les mois à suivre, c’était trop tard… Requiescat in pace !

Tout ça pour dire que la participation à une communauté, c’est essentiellement une question d’intérêt et de centre d’intérêt.  Mais attention, collaborer n’est pas forcément inné… Vous avez envie qu’on vous pique votre boulot ? Surtout par les temps qui courent, il vaut mieux tout faire pour le garder… Alors pourquoi est-ce que je donnerais tous mes trucs à celui qui pourra me piquer mon job après ? Voilà, l’essentiel est là : je ne donne que si j’y trouve mon compte aussi. Donc, si le contrat qu’on me propose est de type gagnant-gagnant. Chez Danone, il disent même « Triple Win » (moi, toi, l’entreprise)

En résumé, les communautés, ça ne se décrète pas. Je n’y participe que si le thème m’intéresse, que si je comprends et j’adhère aux objectifs. Je ne donne qu’en fonction de ce que je reçois, les deux doivent être de niveau égal. Et surtout, il n’y a pas de lien hiérarchique dans la communauté… Je veux bien être jugé, mais seulement par mes pairs car eux seuls sont compétents.

L’absence de hiérarchie, c’est très important pour le bon fonctionnement de la communauté. C’est un endroit où chacun doit pouvoir s’exprimer sans contrainte. Or, si les chefs en sont membres, forcément cela fausse le jeu, puisque du coup, la tendance sera de ne rien dire qui puisse être retenu contre nous… selon la formule consacrée ! Par contre, une communauté doit pouvoir s’appuyer sur la hiérarchie pour survivre. Celle-ci doit être consciente des apports de la communauté, suffisamment en tous cas pour la « protéger », pour qu’elle puisse prospérer.

Vous vous posez la question des outils ? Ils ne sont qu’accessoires, jamais un outil ne fera l’animation d’une communauté. De plus en plus je vois les outils comme une sorte de  domicile, un endroit où poser les écrits qui s’échangent dans la communauté, jamais comme une fin en soi, cela n’aurait aucun sens.

En conclusion, on peut dire qu’on n’impose pas la participation à une commuanuté. L’adhésion est un acte volontaire, qui ne peut être exigé de qui que ce soit.  Quanr aux communautés elles-mêmes, il faut s’en occuper comme un jardinier s’occupe de son jardin, c’est d’ailleurs une image que j’ai empruntée à Pierre Prével.

Voilà, ma présentation s’est apparemment très bien passée… J’ai eu quelques questions, plus que je n’en attendais d’étudiants plutôt timides… et le prof s’y est mis aussi, avec le sourire. J’espère que j’aurai l’occasion de refaire ce genre d’expérience.

Posted in communautés | Tagué: , , | Leave a Comment »

Présentation demain à l’IAE de Caen

Posted by guancama sur 11 juin 2009

J’en avais parlé il y a quelques semaines, je vais à l’IAE de Caen demain, faire une présentation sur les communautés.

Il s’agit d’une journée de formation – infomration organisée par un groupe d’étudiantes en Master 2ème année de Management, option ressources humaines. Le thème retenu pour leur groupe, c’est KM et communautés. Donc ça tombait plutôt pas mal, n’est-ce pas ?

Elles ont préféré que je m’exprime sur la thématique des communautés, plutôt que sur la thématique KM. Je leur ai donc préparé une présentation que j’ai voulue à dessein très didactique, plutôt pédagogique et surtout pas magistrale. J’espère qu’il y aura un minimum d’interaction, sinon, ça va être un peu mortel 🙂

En attendant, je vous propose de consulter ma présentation ci-dessous.

Posted in communautés | Tagué: , , | 1 Comment »

Retour sur la Pause Café du 14/05

Posted by guancama sur 17 mai 2009

Jeudi dernier, c’était la 2ème Pause Café, sur les retours de veille. Pour cette fois, j’avais choisi de parler outils, disons plus précisément ceux que j’utilise pour me faciliter la vie. J’avais choisi de partir du processus de la veille (voir à ce sujet la très bonne présentation de Richard), avec son cycle sommes toutes assez classique :

  • Définir le périmètre
  • Repérer les osurces
  • Collecter les informations
  • Analyser icelles
  • Publier un retour de veille

Compte-tenu du format que je me suis imposé (une heure maxi, discussions comprises) et de l’ampleur du sujet, avec le grand nombre d’outils disponibles, j’avais décidé de couper en deux. J’ai donc parlé des 3 premiers points et je garde les deux derniers pour la prochaine fois. J’ai eu raison, nous avons à peine eu le temps de terminer, tellement cela a suscité de discussions.

D’abord, cela m’a permis de montrer de nouveaux outils, découverts récemment comme feedly, par exemple. Et puis nous avons également parlé de solutions qui permettent soit de transformer une recherche sur un moteur en flux RSS, soit de combiner plusieurs flux RSS en un seul, toutes choses que permet Yahoo Pipes, par exemple, pour peu que l’on sache l’utiliser pour ce qu’il est capable de faire (ce que je ne maîtrise pas complètement loin s’en faut, je dois l’avouer)

Et puis nous avons aussi parlé de tous ceux qui font la veille à notre place, qu’il s’agisse de sociétés comme Digimind ou Lexis Nexis, ou comme d’organismes comme l’ADIT.

A reprendre le fil de la discussion, je m’aperçois qu’il y a des tas de choses dont je n’ai absolument pas parlé et sur lesquels il va falloir que je m’attarde la prochaine fois, comme Google Scholar, par exemple, Google Alerts ou encore les sites qui recensent les thèses, etc… Il faut que j’en dresse une liste ‘non exhaustive, évidemment) pour la prochaine fois.

Mais la fin de l’année approche, il va aussi falloir que je songe à présenter le résultat de mes petites heures de veille, donc à en faire l’analyse et la publication 🙂

En attendant, voici la présentation que j’ai utilisée :

Posted in CaféCR, InnovationCafé | Tagué: , , | Leave a Comment »

Retour sur la Pause Café du 23-04

Posted by guancama sur 28 avril 2009

Jeudi dernier, 23 avril, c’était la reprise après d’excellentes vacances de Pâques.

Conformément à ce qui était prévu, le troisième trimestre est consacré cette année aux retours de veille. L’objectif que je m’étais fixé pour l’année était le suivant :

  • d’abord passer en revue un certain nombre d’outils qui seront utiles par la suite pour monter une veille
  • puis choisir des thèmes de veille, des sujets qui intéressent et sur lesquels on cherche des informations
  • mettre en oeuvre une veille un peu longue (pas un exercice flash d’une semaine)
  • enfin, faire un certain nombre de séances de retour de veille, pour expliquer comment on a fait, quels outils on a utilisé et quels résultats on a obtenus.

Nous arrivons donc au bout du chemin et le premier de ces retours de veille consiste à faire quelques rappels sur ce que c’est que la veille, ce que c’est qu’une info blanche, grise ou noire, sur les signaux forts ou signaux faibles, bref, tout ce qui fait qu’une veille, tout en restant légale, peut avoir une certaine valeur ajoutée.

Voici les transparents sur lesquels je me suis appuyée pour faire une petite séance de 3/4 d’heure environ, avec dans l’idée de simplifier au maximum, au risque d’être simpliste. Mais l’essentiel était d’être efficace, ou en tous cas d’être comprise.

Dans le fil des discussions, ce qui est venu sur le tapis, c’est la question des sources à surveiller en fonction du type de veille. Nous y reviendrons ultérieurement, mais ce que l’on peut déjà noter, bien évidemment, c’est que les acteurs institutionnels de la veille (comme Lexis Nexis, par exemple) ont cet avantage de pouvoir disposer d’abonnements et de partenariats sur des sources payantes, ce qu’un individuel peut rarement s’offrir…

Cela nous a rappelé à tous le bon vieux temps de nos études où la veille se faisait par bibliographie, en allant fouiller dans les ressources des bibliothèques d’université, dans des parutions comme le « Chemical Abstract » (que j’ai bien connu puisque je suis chimiste de formation), qui donnait un résumé d’une publication scientifique qu’il fallait après se procurer à prix d’or…

Comme quoi, de ce côté-là, il n’y a pas grand chose de neuf ! Si ce n’est la manière de procéder

Posted in CaféCR, InnovationCafé | Tagué: , | 1 Comment »